Fallait-il "mettre sous cloche" Emmanuel Macron pour le protéger ? Sa réponse a fusé

Le tsunami est trop fort, trop dévastateur pour qu'Emmanuel Macron se mette en retrait. Aux commandes d'un Palais de l'Élysée déserté, le chef de l'État ne s'appuie désormais que sur une dizaine de conseillers, les plus proches, les plus indispensables, pour œuvrer au quotidien. Aucun d'eux n'a pu convaincre le président de se mettre à l'abri de l'épidémie de coronavirus, qui a déjà contaminé plus de 15 000 en France. La question de le "mettre sous cloche" a bien été soulevée au début du confinement, avant d'être balayée d'un revers de main par Emmanuel Macron. "Il a répondu 'hors de question'", explique l'un de ses conseillers au Journal du Dimanche.

Le président ne veut pas se résoudre à être dans une bulle. D'autant plus qu'il a été pressé par son conseil scientifique de "réveiller" cette "France endormie" qui ne semble pas prendre conscience de la gravité de l'épidémie. Alors, dans les salles vides de l'Élysée, les réunions par visioconférence s'enchaînent pour gérer au mieux la crise. "C'est une guerre. Elle va durer. (…) Mon rôle est de superviser. Je donne des instructions stratégiques en fonction de l'évolution du terrain, pour permettre à chacun de faire. Je dois être au front", explique, martial, le chef de l'État au JDD.

Au contraire, "le voilà un jour sur tous les écrans de télévision. Le lendemain, il est en visite surprise à l'institut Pasteur. Le suivant, il préside le Conseil des ministres en visioconférence à l'Elysée. Puis le lendemain, il visite un hôpital pour

Retrouvez cet article sur GALA

Elle ne voulait pas s'isoler : la femme d'Idris Elba à son tour contaminée
Evangeline Lilly refuse de se confiner, Sophie Turner la dénonce
Kate Middleton et William : ce clin d'oeil inattendu au prince Harry
"Ça fait beaucoup à encaisser" : les bons conseils de Meghan Markle et Harry pour supporter le confinement
Elizabeth II s'apprête à faire un discours historique en pleine crise sanitaire