« Falcon et le Soldat de l’Hiver » : l’Amérique en héritage

Par William Blanc
·1 min de lecture
Anthony Mackie et Sebastian Stan dans Falcon et le Soldat de l'Hiver
Anthony Mackie et Sebastian Stan dans Falcon et le Soldat de l'Hiver

William Blanc est historien. Il est notamment l'auteur de Winter is coming : une brève histoire politique de la fantasy, de Super-héros, une histoire politique et Le Roi Arthur, un mythe contemporain. Il a également participé au Dictionnaire de la fantasy dirigé par Anne Besson.

On s'attendait à une banale série dérivée autour de deux super-héros secondaires des Avengers. Raté : contre toute attente, Falcon et le Soldat de l'Hiver a plus d'un tour dans son sac. Largement assez en tout cas pour nous éviter de lui voler dans les plumes. Parmi ses atouts : un décryptage plutôt malin des conséquences géopolitiques et sociales de la désorganisation du monde lors des cinq années du fameux « blip » ? la disparition de la moitié des êtres vivants de la planète après le claquement de doigts fatal de Thanos à la fin d'Avengers: Infinity War. Mais surtout, à travers son intrigue à mi-chemin entre le blockbuster d'action et le thriller d'espionnage high-tech, cette seconde série Marvel proposée par la plateforme Disney+ remet en question le mythe Captain America et dans quelle mesure ces événements lui ont fait prendre un coup dans l'aile. À travers la confrontation entre le nouveau porteur du bouclier étoilé (John Walker, incarné par l'acteur Wyatt Russell) et le tandem formé par Falcon (Sam Wilson, joué par Anthony Mackie) et le Soldat de l'Hiver (Bucky Barnes, alias Sebastian Stan), on peut lire aussi, en creux, une intéressante introspection par Marvel sur l'impéra [...] Lire la suite