"Fake News", une exposition pour le faux

·2 min de lecture

La fabrication et la diffusion de fausses nouvelles font l’objet d’une exposition de la Fondation EDF à Paris. Entre mensonges, détournements et manipulations, le voyage est intrigant, parfois drôle, souvent troublant.

C’est un réseau social comme un autre, avec son newsfeed et ses membres qui réagissent à coups de citations et d'émoticônes. Nabil Degioani commente une actualité soupçonnant des dirigeants de ficher leurs populations sous prétexte de sécurité ou de mesures sanitaires. Pierre Medoune, alias @pierre_317, n’est pas d’accord avec @flore_vasque. Mais c’est un réseau social complètement faux, généré de A à Z par un algorithme, qui importe automatiquement de vrais articles publiés en ligne après en avoir altéré le contenu. Nabil Degioani, Pierre Medoume, @flore_vasque et les autres n’ont jamais rien posté dessus pour la bonne raison qu’ils n’existent pas. Patrick Suchet a développé la plateforme WeRfake ("nous sommes faux") expressément pour l’exposition Fake news : art, fiction, mensonge qui ouvre à partir du 19 mai 2021 à l’F à Paris.

"Patrick Suchet a créé de faux profils assez élaborés pour créer une vraie communauté dont les membres échangent entre eux, mais via l’algorithme", explique Nathalie Bazoche, l’une des commissaires de cette exposition dont WeRfake est l’une des installations les plus dérangeantes. "Ce que dit l’artiste, c’est que tout peut être faux et venir d’un ordinateur."

De la fabrication à la diffusion

Sur deux niveaux, Fake News rassemble aussi bien des œuvres préexistantes que conçues pour l’occasion, sur le thème de fabrication de l’information fausse, tronquée ou détournée, mais aussi sur celui de la diffusion de ces "infox". Avec, de loin en loin, des d’interventions vidéo de chercheurs et journaliste : Paola Tubaro, directrice de recherche au CNRS, Gérald Bronner, sociologue à l’université de Paris (qui a lui-même diffusé de ), Denis Teyssous, responsable du de l’AFP, cellule de recherche sur les outils de vérifications d’informations.

Tout ne relève cependant pas des technologies numériques, manière de signifier que les fausses nouvelles ne datent pas d’hier. La réflexion sur le sujet non plus. En témoigne une évocation du coup d’éclat des ac[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles