Fake news : quel est le coût caché des intox et du complot pour la France ?

·1 min de lecture

Et maintenant fini de rire… Pendant des semaines, les dirigeants de la société Smartmatic, spécialisée dans les opérations de vote électronique, ont assisté, médusés, au déchiquetage public de leur entreprise par le président des Etats-Unis. Selon Donald Trump, cette multinationale basée à Londres, qui vend ses systèmes à des pays aussi divers que la Sierra Leone, l’Arménie, les Philippines ou l’Italie, aurait en effet été le bras armé d’un vaste complot visant à truquer le résultat de l’élection américaine. Visiblement bien informés, deux des plus actifs spadassins de la Maison-Blanche, l’avocate Sidney Powell et l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, ont livré lors d’une conférence de presse épique quelques détails sur cette machination démoniaque. Elle aurait été menée grâce à des logiciels vérolés et des machines de vote bidouillées, et aurait été conjointement ourdie par le parti démocrate et la dictature vénézuélienne. On imagine le coup de stress des ingénieurs de Smartmatic lorsqu’ils ont entendu ça dans le poste.

>> A lire aussi - Fake news : comment les théories du complot fragilisent notre économie

Depuis, la roue a tourné. La colossale intox de l’ancien président ayant été démentie par les faits et balayée par la justice américaine, les dirigeants de Smartmatic sont ressortis du bois avec, sous le bras, une assignation de 270 pages rédigées au cordeau par leurs avocats. Pour réparer les effroyables conséquences de l’affaire sur la réputation de leur société, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Avion de combat européen : la France, l'Allemagne et l'Espagne se mettent enfin d'accord
Jeux Olympiques : les Japonais s'opposent massivement à l'organisation de la compétition
Plan de relance européen : "Beaucoup trop tôt" pour envisager une rallonge
Rafale, Mirage 2000, Typhoon et F-35 : pourquoi ces célèbres avions de chasse vont sillonner le ciel français
Les lieux où le pass sanitaire sera obligatoire, une aide complémentaire pour les commerces fermés lors du deuxième confinement... Le flash éco du jour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles