Faits-divers : enquête sur un homme disparu il y a huit ans, sans laisser de traces

La disparition d’un homme, il y a presque huit ans, près de Saint-Etienne (Loire), n’a jamais été élucidée. Sur son temps libre, Bernard Valezy, commissaire de police, est bénévole dans une association d’aide aux proches de disparus. Il tente de remonter la piste qui mène jusqu’à Hugues Gutton. "Il est parti de chez lui, le samedi 30 novembre, avec uniquement sa carte de retrait, sa carte d’identité et son téléphone portable, pour rejoindre ses amis qui sont dans un squat", explique le commissaire, dans le 19/20 du samedi 13 février. Il prend la route avec trois de ses connaissances vers 22 heures, ce soir d’hiver 2013. Ils empruntent de petites routes de campagne. Au milieu des champs, les passagers de la voiture racontent avoir perdu la trace du quinquagénaire, qui serait parti "dans les bois". Le droit de disparaître Depuis quatre ans, les investigations sont à l’arrêt, ce qui est regrettable pour la famille. Jean-François Gutton vit mal de ne pas savoir ce qu’est devenu son frère. Mais cette affaire mystérieuse n’est pas la seule. 1000 personnes disparaissent chaque année sans être retrouvées. Mais le droit de disparaître empêche les enquêteurs de poursuivre les recherches dans la plupart des cas. Le mari de Narine Szychalski a disparu lui aussi il y a onze ans. Clovis s’est volatilisé sans adieux, en laissant ses papiers d’identité et ses clés dans la boîte aux lettres, après 26 ans de vie commune.