"Que fait la police?" : L'ex-Miss France Delphine Wespiser agressée dans la rue

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’ancienne Miss France Delphine Wespiser a raconté en story Instagram avoir été agressée dans la rue et a partagé sa colère contre la police.

L’ancienne Miss France Delphine Wespiser est très en colère. Celle qui a remporté le concours de beauté en 2012 et fait désormais partie de l’équipe de «Fort Boyard» a raconté en story Instagram avoir été agressée en pleine rue. «Je viens de me faire agresser dans la rue. En un tour de passe-passe passe, ma montre a disparu», a-t-elle écrit ce week-end. Encore sous le choc, la jeune femme venue d’Alsace n’a pas donné de détails sur cette agression mais a partagé sa colère contre la police. «Marre de ce pays ! Que fait la police ? Nous avons tourné une heure pour retrouver mon agresseur et nous n'avons pas vu une seule patrouille de police pendant tout ce temps». Elle a ensuite partagé le message d’un abonné critiquant le laxisme de la justice française, estimant que «la police ne sert à rien».

Vaimalama Chaves elle aussi agressée

Cette agression intervient alors que fin septembre, une autre Miss avait elle aussi confié avoir été attaquée dans la rue. L'ex-Miss Tahiti Vaimalama Chaves, désormais installée à Paris, a raconté avoir été prise à partie par une groupe de jeunes qui lui ont jeté des cailloux.«Pour commencer, ils m'ont jeté des cailloux dessus "pour rigoler"», a-t-elle expliqué. La Polynésienne a voulu confronter celui qui l'avait visé quand «une quinzaine de jeunes gars» l'ont entourée et ont tenté de dérober son téléphone. Vaimalama Chaves a tenté de les filmer et a prévenu la police. Quand elle est repartie, les jeunes lui ont jeté à nouveau des cailloux dessus. ««La Polynésie m'a appris la douceur et la gentillesse mais ici, tous mes acquis n'ont pas leur place à Paris. Le respect n'existe pas, la tolérance non plus», a-t-elle regretté.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles