"Il fait peur le mec" : Christophe Dechavanne inquiet par le contrôle de Twitter par Elon Musk

Twitter va-t-il entrer dans une nouvelle ère ? Depuis que le réseau social a annoncé fin avril son prochain rachat par Elon Musk pour un montant de 44 milliards de dollars, le nouvel homme fort, qui s'est montré très critique vis-à-vis de ce service, a ouvert la voie à de nombreuses interrogations. Libertarien, le milliardaire américain se présente en effet comme un farouche défenseur de la liberté d'expression et pourrait donc alléger à terme le système de modération de Twitter. Quitte à laisser se propager des messages de haine, de fausses informations ou à autoriser des utilisateurs bannis à avoir de nouveau droit de cité.

"Il faut faire très attention à ce que je vous dis ici"

Autant de points qui inquiètent l'animateur Christophe Dechavanne, fort de près de 240.000 abonnés sur le réseau social à l'oiseau bleu. Il était dimanche l'invité de Thomas Sotto sur France Inter dans l'émission "Hors-piste". Une émission conçue comme une conversation de près d'une heure avec une personnalité différente chaque semaine. "Il faut faire très attention à ce que je vous dis ici. (...) Parce que malheureusement, on est dans une obligation de contrôle aujourd'hui (...) qu'on n'avait pas avant ces putains de réseaux sociaux", a regretté l'animateur-producteur.

Une réflexion qui l'a fait dériver sur le dossier Twitter : "Elon Musk qui achète ça 44 milliards... Le mec qui prône la liberté d'expression la plus absolue. Ca va devenir un déversoir à...

Lire la suite


À lire aussi

Le compte Twitter de Maurane piraté, les internautes inquiets
Présidentielle et vidéo sociale : Zemmour le plus influent sur Youtube, BFMTV règne sur Twitter
Nicolas Sarkozy : "Il y a tant de choses qui me font peur, mais pas David Pujadas"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles