"On fait du désirable avec de l'indésirable" : de la mode au mobilier l'upcycling inspire désormais tous les créateurs

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Casquettes, chapeaux, meubles, postes de radio... des créateurs mettent leur talent au service du recyclage, "l'upcycling", pour "créer du désirable avec de l'indésirable", certains sous l'oeil intéressé des grandes marques de luxe.

"C'était un challenge de devoir porter des déchets sur la tête"

Juana et Ddiddue Etcheberry, 35 et 37 ans, ont remporté le grand prix du jury accessoire de mode - doté d'un projet de collaboration avec Chanel - au 35e Festival international de mode de Hyères en octobre 2020 grâce à des chapeaux fabriqués à base de pot de fleur et bassine en plastique, botte en caoutchouc et chambre à air.

Le frère et la soeur, anciens des Beaux-Arts qui ont un temps étudié à la Chambre Syndicale de la Couture à Paris pour elle et à l'Ecole supérieure des arts de Saint Luc en Belgique pour lui, ont également gagné le prix Hermès grâce à un bracelet.

"On crée du désirable avec de l'indésirable", s'amuse Ddiddue Etcheberry, dans leur atelier, installé dans l'ancienne boutique de leur grand-mère à Odiarp, petit village basque de 500 habitants. C'est ici, depuis deux ans, que le duo à la tête de la marque Owantshoozi (équivalent basque de l'onomatopée "wahou"), dessine, crée et vend ses casquettes (entre 70 et 150 euros) fabriquées uniquement à base de matériaux récupérés dans un rayon de 50 km. "Ce projet ne peut être fait qu'ici. On serait sur la côte, on aurait peut-être fait des casquettes en combinaison de surf", juge Diddue Etcheberry. "C'était un challenge de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi