Ce qui fait débat : faut-il annuler la dette ?

Des milliards d’euros, distribués quoiqu’il en coûte, pour sauver l’économie. “Ces dépenses se justifiaient et se justifient en raison des circonstances exceptionnelles et elles viennent s’ajouter à notre dette déjà existante”, déclarait alors Emmanuel Macron le 14 juin 2020. Une dette qui va encore exploser ces prochains mois. Une dette qui pourrait atteindre les 150% du PIB Elle devrait dépasser les 115% du PIB, voire grimper jusqu’à 150%. Des chiffres vertigineux. Et si la solution reposait dans l’annulation de la dette des États ? Pour les défenseurs de la rigueur budgétaire, c’est hors de question. Car annuler, cela serait léser ceux qui la détiennent, comme les milliers de ménages épargnants, qui possèdent des obligations d’état.