"Fais d'abord examiner ta propre mort cérébrale" : Erdogan provoque Macron en mode Kaaris et Booba

A votre gauche, Recep Tayyip Erdogan, à votre droite, Emmanuel Macron.

Quand la diplomatie vire à l'octogone… Ce vendredi 29 novembre, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déversé sur Emmanuel Macron un torrent de "punchlines" ne volant pas plus haut que les joutes verbales opposant les rappeurs spécialistes du genre, Kaaris et Booba. Culminant dans un très adulte "Fais d'abord examiner ta propre mort cérébrale", en réponse au diagnostic posé le 7 novembre par le président français à propos de l'Otan, qu'il jugeait métaphoriquement "en état de mort cérébrale".

Lire aussi "Mort cérébrale" de l'Otan selon Macron : "Les Européens n'y pèsent plus rien", confirme Pierre Conesa

"Qu'as-tu à faire en Syrie, toi ? Moi, j'ai le droit d'y entrer pour lutter contre le terrorisme. Mais toi, qu'as-tu à y faire ?", a également lancé le président Erdogan en conférence de presse, selon les propos rapportés par l'AFP. Et de poursuivre sur le même ton de collégien agressif : "Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela. Lorsqu'il s'agit de fanfaronner, tu sais très bien le faire. Mais lorsqu'il s'agit de verser à l'Otan l'argent que tu lui dois, c'est autre chose".

"Personne ne fait attention à toi. Tu as encore un côté amateur, commence par remédier à cela"

Témoignant d'une conception toute particulière des rapports diplomatiques entre chefs d'Etat, le leader autoritaire d'Anatolie a continué son entreprise de démolition, prenant à témoin les journalistes présents : "

Lire la suite