Comment faire une sieste réparatrice de cinq minutes

© Pixabay

Trois fois plus de plaintes concernant le sommeil : c’est le sombre bilan de ces dix-huit mois d’inquiétudes. « Beaucoup de problèmes d’insomnie ont refait surface », note Caroline Rome, sophrologue spécialisée dans les troubles de la vigilance et du sommeil. Pour s’en débarrasser, il faut d’abord que le dormeur réactive ses fonctions naturelles. Des exemples ? « Les écrans envoient un mauvais message à notre horloge biologique, tout comme prendre une douche chaude car notre corps a besoin que la température baisse pour nous laisser “hiberner”. Et se priver de féculents au dîner met le cerveau en état d’alerte “famine” alors qu’il devrait recevoir l’information qu’il peut jeûner jusqu’au lendemain matin. »

Elle insiste aussi sur la nécessité de se reconnecter à sa respiration naturelle (par le ventre) quand, bien souvent, elle reste bloquée « là-haut », dans la cage thoracique. D’autre part, il faut bien distinguer fatigue et somnolence. La fatigue marque la conséquence, physique ou psychique, d’un manque de récupération : on ne peut pas l’observer dans le cerveau. « Alors que la somnolence est un état physiologique, une porte d’entrée sur le sommeil, qui s’entrouvre environ toutes les deux heures, et très largement entre 13 et 15 heures. »

« La seule réponse est de prendre cette porte, d’accueillir ce besoin de sieste », insiste Caroline Rome. L’été, en particulier, l’occasion peut se présenter de réaliser la sieste « idéale » : elle est inférieure à vingt minutes, à la lumière (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment limiter les risques des régimes «sans» ?
Est-ce que le cancer de la prostate est grave ?
Comment choisir la bonne literie pour le dos ?
Comment lutter contre la mauvaise circulation sanguine ?
Voilà la technique pour se souvenir de ses rêves !