Faire reculer le Jour du dépassement nécessite une transformation de nos systèmes agricoles et alimentaires

Le jeudi 28 juillet 2022 correspond au Jour du dépassement : la planète ne peut plus absorber l’excédent de gaz à effet de serre que nous émettons, ni régénérer assez vite les ressources naturelles qui permettent d'assurer nos modes de vie. Nos systèmes agricoles et alimentaires sont en partie responsables.

Les feux ravagent les forêts, les vagues de chaleur font suffoquer les êtres vivants, les inondations meurtrières se multiplient… Aux quatre coins du monde, le dérèglement climatique se fait de plus en plus ressentir. Ces catastrophes sont le résultat de notre endettement vis-à-vis de la nature.

Et aujourd'hui, il trouve un nouvel écho puisque ce 28 juillet 2022 n’est autre que le Jour du dépassement. Cela signifie que cette année, à partir d’aujourd’hui, les populations humaines ont émis plus de gaz à effet de serre, pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres, cultivé et bétonné plus de terres que ce que les écosystèmes sont capables de fournir ou d’absorber.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous sommes dans cette situation plus qu’alarmante, chaque année un peu plus tôt dans le calendrier. L’une d’elle ? Notre système agricole et alimentaire. Ce dernier a un impact sur la majorité des : le changement climatique, la biodiversité, l’occupation des sols ou encore l’utilisation de l’eau douce.

L'agriculture : un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre

En France, l’agriculture est même le (GES), avec 19 % du total national. "Parmi ces principaux gaz à effet de serre, les deux premiers sont le méthane causé directement par l’élevage et le protoxyde d’azote - presque 300 fois plus puissant que le CO2 - libéré suite à l'épandage d’engrais chimiques pour les cultures de céréales notamment" explique à Sciences et Avenir Elyne Etienne, responsable "Agriculture et alimentation" pour la Fondation pour la Nature et l'Homme.

Empreinte carbone agriculture Crédit : CITEPA, rapport Secten 2020
Empreinte carbone agriculture Crédit : CITEPA, rapport Secten 2020

Évolution des émissions de gaz à effet de serre des secteurs de l’agriculture et de la sylviculture, en équivalent CO2. Source : CITEPA, rapport Secten 2020

Produire de la nourriture pour l’humanité pèse donc lourd en terme d'empreinte carbone. Les régimes riches en viandes issues de l’élevage intensif sont particulièrement énergivores et mobilisent les cultures : "aux USA, 51% des céréales cultivées sont réservées uniquement [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles