Comment faire sa part contre le réchauffement climatique avec l'investissement responsable ?

·1 min de lecture

Aujourd’hui, l’épargne moyenne d’un Français émet 11 tonnes de CO2 par an ! C’est l’équivalent de 15 allers-retours Paris-New-York. L’équivalent aussi des émissions totales d’un Français au cours d’une année. « Car notre épargne est encore massivement investie dans les énergies fossiles ou d’autres secteurs fortement émetteurs de gaz à effet de serre », nous explique en introduction Joseph Choueifaty, CEO et cofondateur de Good v est. Sa société a fait un choix diamétralement opposé. Elle nous propose aujourd’hui de faire notre part dans la lutte contre le réchauffement climatique grâce à l’investissement responsable.

Mais l’investissement responsable, qu’est-ce que c’est ? « En matière d’investissement responsable, il est généralement question de trois choses : d’environnement (E), de social (S) et de gouvernance (G). Mais nous avons la conviction que la crise environnementale que nous vivons peut avoir de telles conséquences sur le S et le G que nous devons d’abord nous concentrer sur le E. », nous précise Joseph Choueifaty.

L’idée développée par Good v est, c’est donc de s’appuyer sur les données de Carbone 4 — le cabinet de conseil spécialisé dans la stratégie carbone fondé par Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean — pour élaborer des portefeuilles d’investissements entièrement compatibles avec l’Accord de Paris sur le climat qui fixe l’objectif de limiter le réchauffement climatique anthropique à 2°C au-dessus des moyennes préindustrielles. « Carbone 4 nous fournit l’empreinte carbone des entreprises, une empreinte qui intègre les trois scopes d’émissions », développe Joseph Choueifaty.

Derrière l’investissement responsable, la tentation du greenwashing. © tanaonte, Adobe Stock
Derrière l’investissement responsable, la tentation du greenwashing. © tanaonte, Adobe Stock

Des émissions parfois artificiellement minimisées

Rappelons ici que les émissions d’une entreprise sont segmentées en ce que les experts appellent trois scopes. Le scope 1 tient compte des émissions directes d’une entreprise, pour son chauffage ou par ses véhicules,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles