Pour faire l'amour sur la plage, suivez ce guide pratique

Pauline Machado / Terrafemina
Le soleil est chaud, le ciel est bleu et votre désir aussi caniculaire que les températures. L'occasion de se laisser aller à quelques culbutations sur la plage, mais pas n'importe comment.

SEXUALITÉ - Faire l’amour à la plage arrive souvent en haut des défis qu’on se lance avant de partir en vacances - et aussi des façons insolites de s’envoyer en l’air. On ne sait pas si c’est l’air des embruns ou le fait d’être déjà presque à poil qui nous excite autant, mais avouons que ça marche plus que de raison.

Le problème, c’est que ce n’est pas qu’une partie de plaisir. Il y a aussi de nombreux obstacles à prendre en compte avant de se concentrer sur notre orgasme maritime. On vous donne quelques conseils pour prendre votre pied, et ce sans choper d’infections à cause du sable. Suivez le guide.

1. S’assurer du timing

La plage, c’est chouette, mais la plage, c’est bondé. Entre les familles qui décident d’installer leur tente anti-UV pour marmots à vingt centimètres de votre serviette et ceux qui restent jusqu’au coucher du soleil pour profiter de l’air plus frais, difficile de se trouver un temps pour soi et son ou sa partenaire.

Evidemment, la meilleure opportunité reste de copuler une fois la nuit tombée, avec pour seule compagnie les rayons du clair de lune qui ne manqueront pas de sublimer la vôtre. Le bruit des vagues qui caressent le sable encore brûlant accompagneront votre va-et-vient torride - on a des frissons rien que d’y penser.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas satisfaits par une session nocturne (on comprend, voir le corps de l’autre c’est bien, aussi), il ne vous reste qu’une chose à faire : du repérage. Essayer de trouver un petit lopin de sable niché entre quelques rochers, à l’abri des regards curieux. L’interdit rend les choses follement excitantes.

2- Prendre une serviette

Le confort avant tout - et la santé aussi. Qui dit mer dit aussi sable, et il n’y a rien de plus embêtant quand on se lance dans une aventure coquine que de se retrouver avec des grains qui squattent notre région vulvaire. Ça gratte, ça fait mal, et ça peut aussi l’irriter plus sérieusement.

Pas de quoi paniquer si c’est déjà le cas, il suffit de vous rendre à la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post