Faire disparaître les chiffres romains ne démocratisera pas la culture

·1 min de lecture

Quelques annotations au musée Carnavalet ou au musée du Louvre mettent-elles en danger l’identité française et la mémoire de notre passé gréco-romain ? Dit comme ça, on ne peut que balayer la polémique d’un revers de manche. Sauf que le problème est bien plus complexe...

Et allez donc, encore une de ces polémiques inutiles dont les Français ont le secret ! C’est le refrain qu’ont entonné quelques progressistes autoproclamés quand a surgi l’information selon laquelle le musée Carnavalet, dans un souci de compréhension, rayait désormais de ses cartouches les chiffres romains. Voyons, ce n’est pas grave, ça concerne seulement les siècles. Les rois et les papes conservent leurs croix et leurs bâtons. Jusqu’à nouvel ordre. Et puis, cela ne vise pas uniquement les jeunes gens devenus incapables de les déchiffrer. C’est à destination de tous ces touristes asiatiques dont vous vous doutez bien que la culture antique leur échappe totalement… On aura donc attendu que le coronavirus donne un coup d’arrêt au tourisme de masse pour décider que nous devons adapter notre graphie aux voyageurs des pays désormais dominants…Tentons de poser calmement le problèmeMais ne nous laissons pas beurrer les lunettes : si le sujet mobilise les fact checkers empressés de crier à la fake news et les linguistes wallons prêts à dénoncer dans Libération la " rhétorique de la pente glissante " (en gros, " une simple modification d’étiquette de musée peut soudain se muer en menace de la disparition...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Plainte de RSF contre Facebook : "La plateforme doit dire ce qu’elle fait et faire ce qu’elle dit"

"Faire un album comme un roman !" : rencontre avec le groupe Feu ! Chatterton

Loufoque : la liste des 318 Français pour "faire entrer la diversité dans les noms de rues"

Refus de se faire vacciner : le faux altruisme de Jean-Luc Mélenchon

Faire barrage au RN ? Le grand dilemme des électeurs de gauche