Faire la différence entre une dépression et un trouble bipolaire sera bientôt possible via une prise de sang

![CDATA[Shutterstock]]

La bipolarité toucherait entre 1 et 2,5% de la population française, soit entre 650 000 et 1 650 000 personnes. La maladie ferait perdre en moyenne 10 ans d'espérance de vie et l'OMS la classe en sixième place des handicaps. Le diagnostic est actuellement très long : en moyenne 10 ans entre les premiers symptômes et le moment où le traitement approprié est trouvé, souligne la fondation FondaMental. Mais elle dévoile aussi une piste pour la détecter plus vite, grâce à une prise de sang.

L'un des problèmes du diagnostic de la bipolarité, c'est qu'elle peut être confondue avec un épisode dépressif, et on estime que dans la dépression se nicheraient 40% de personnes qui seraient plutôt atteintes de bipolarité. Pour les aider au plus tôt, et ne pas risquer de leur donner un traitement qui ne soit pas approprié ou qui empirent leurs symptômes, il faut pouvoir distinguer les deux. Et cela serait possible grâce à un biomarqueur dans le sang.

Réaction inflammatoire

Ce dernier est le dosage de cytokines, car des travaux de recherches publiés en 2021 révélaient qu'il y avait une implication de dysfonctionnements du système immunitaire dans les troubles bipolaires. Or, les cytokines résultent d'une réaction inflammatoire. "De nombreux travaux rapportent, en effet, un lien entre la survenue d'infections survenant très tôt au cours de la vie et la survenue des troubles bipolaires", note l'association FondaMental.

Pour accéder à cette prise de sang, qui nécessite (...)

Lire la suite sur Topsante.com

CHIFFRES COVID FRANCE. Ce mercredi 18 janvier 2023 : courbes, décès, les infos du jour en direct
Grand froid et engelures du pénis : comme réagir ?
Infection à HPV : faut-il en parler à ses partenaires ?
Variant XBB.1.5 : combien de cas en France ? Est-il plus dangereux ?
Nombre de naissances en France (2022) : "le plus faible depuis 1946", selon l’Insee