Faire de bonnes affaires pour sauver des enfants

·2 min de lecture

Les Samedi 19 et dimanche 20 décembre 2020, Mécénat chirurgie cardiaque organise la plus grande vente solidaire de Noël. Cette association opère en France des enfants souffrant de malformation cardiaque venant de pays défavorisé.

De Fursac, Gérard Darel, Figaret, Caudalie, Burberry, Magimix, Caudalie, Lenôtre, Légo, Nintendo… des grandes marques proposeront des milliers de produits de mode homme, mode femme, électroménager, gastronomie et jouets vendus jusqu’à -70% au profit de l’association qui opère et sauve des enfants atteints de graves malformations cardiaques. Sur plus de 1000m2 d’espaces de vente, ce grand magasin éphémère regroupera de nombreux stands de vente répartis dans 4 pavillons : cadeaux de noël, jouets, librairie, mode, parfumerie, chaussures, sport, décoration, électroménager, vins et spiritueux, gastronomie, chocolats, arts de la table...

Cette Grande Vente de Noël clôturera une année difficile pour les enfants pris en charge par l’association : fermeture des frontières, arrêt des opérations cardiaques, absence de visa sanitaire ! Depuis mars 2020, ce sont 100 enfants âgés de 6 mois à 12 ans dont les opérations de chirurgie cardiaque ont dû être reportées à plusieurs semaines voire plusieurs mois. Dès lors, les équipes de Mécénat Chirurgie Cardiaque se sont organisées pour pérenniser la prise en charge de ces enfants dans leur pays, en attendant leur arrivée. C’est ainsi que le programme « AGIR-Covid-19 » a été mis en place pour répondre à l’urgence de la situation : accès aux médicaments si rupture dans les pays, déploiement de la téléconsultation entre les médecins parisiens et africains, organisation logistique pour faciliter l’évacuation sanitaire des enfants... Cela représente un coût important pour les familles bien souvent démunies.

170 bénévoles, 14 partenaires logistiques, 5 partenaires médias et 150 marques permettent à l’association de consacrer 100% de la recette de la vente à la prise en charge d’enfants(...)


Lire la suite sur Paris Match