Faire équipe avec Ricciardo, c'est idéal pour Ocon

Benjamin Vinel

S'il a connu une saison 2019 difficile au volant d'une Renault R.S.19 qui n'était que la cinquième force du plateau, , qui aura à cœur de continuer à faire ses preuves alors qu'un baquet chez Mercedes lui a déjà échappé par deux fois, pour 2019 et 2020.

Esteban Ocon, Renault F1 Team

Esteban Ocon, Renault F1 Team Mark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

Il s'agit en tout cas d'un retour aux sources pour Ocon qui, dès 2010, avait intégré la Gravity Academy (programme de jeunes pilotes de la structure d'Enstone, rebaptisé Renault Sport Academy au moment du rachat par le Losange fin 2015 avec un renouvellement complet des effectifs). Il avait même mené des tests au volant des Lotus E20 et E22 fin 2014. Ocon a ensuite tenu le rôle de pilote d'essais Renault jusqu'à la trêve estivale en 2016, prêté par Mercedes, qui l'avait pris sous son aile.

"Je connais très bien l'équipe, car j'y ai fait mon apprentissage pendant ma carrière junior", souligne le Normand. "Je n'y suis pas allé en 2009 [avant la vente à Genii Capital par Renault], mais à partir de 2010 j'y étais, j'apprenais l'anglais, je m'entraînais à l'usine. Bien sûr, beaucoup de gens sont partis, beaucoup sont arrivés, et l'usine a complètement changé, mais c'est une écurie que je connais très bien. C'est pourquoi il est merveilleux de poursuivre cette histoire, car à l'époque, l'objectif était toujours d'avoir un baquet de titulaire dans cette équipe. C'est donc un peu émouvant."

Dans le paddock, Ocon est unanimement reconnu comme un jeune homme travailleur et humble, et il ne s'agit pas de jouer un rôle. "Je ne suis pas comédien ! Je suis simplement moi. Mes parents ont été très stricts au niveau de mon éducation, et je ne sais pas si cela change quelque chose, mais ils m'ont toujours bien appris qu'il fallait être poli et reconnaissant de ce que l'on a. Il faut être conscient du dur travail consenti par les autres pour soi, car ce n'est pas un dû. Ils y mettent tout leur cœur, c'est important de le reconnaître", conclut-il.