Fact-checking : Ségolène Royal a-t-elle "fait interdire" le Club Dorothée ?

·1 min de lecture

Ce mardi 10 novembre, Ségolène Royal a accordé une interview à Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV/RMC au cours de laquelle la femme politique dresse un parallèle étonnant entre Emmanuel Macron et le général de Gaulle. Ainsi, les internautes ont très longuement commenté cette sortie qui n’a pas manqué de faire polémique. Comme lors de chaque buzz provoqué par l’ancienne ministre, les Français repartagent sur les réseaux sociaux l’affirmation selon laquelle Ségolène Royal est responsable de l’arrêt du Club Dorothée en 1997. Une information bel et bien fausse comme le démontre le journaliste Mickaël Frison sur son compte Twitter.

La bisbille entre le gouvernement et la marque Dorothée a commencé au sujet de la diffusion de Ken le survivant, série considérée comme violente, à la télévision, par AB Productions. Et ce n’est pas Ségolène Royal mais Catherine Tasca, ministre déléguée à la Communication, qui lance les hostilités dans la presse. Dorothée, qui espère aujourd'hui un retour, répond à la ministre qu’il n’y a pas de la violence mais “de l’action”. Une réponse qui ne convainc pas Ségolène Royal qui dénonce dans son livre “Le ras le bol des bébés zappeurs” ces nouvelles séries violentes diffusées à la télévision. Elle incite alors les lecteurs à regarder les chaînes du service public. Après avoir fait le buzz, Ségolène Royal, qui entre au gouvernement, abandonne ce dossier. Au sujet d’une possible violence à la télévision, elle confie à présent : “Je ne la regarde pas assez pour le (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Vladimir Poutine atteint de Parkinson ? Le Kremlin répond aux rumeurs
Charles de Gaulle : ces moqueries sur sa fille Anne qui lui ont fait si mal
Melania Trump n’a qu’une idée en tête : fuir la Maison Blanche !
VIDÉO - "Noël par Zoom ou par Skype" : chez Laurence Ferrari, le Pr. Gilles Pialoux lance un pavé dans la mare
Elisa Pilarski : son compagnon est "énormément affaibli" depuis le drame