Facebook et Twitter sur le qui-vive pour protéger les électeurs américains

·1 min de lecture

À quelques heures de la fermeture des bureaux de vote aux Etats-Unis, Facebook, Twitter, et leurs armées de modérateurs étaient mobilisés mardi pour contrôler le flot de désinformation toujours aussi abondant sur les plateformes.

Facebook, Twitter, YouTube (Google) et leurs armées de modérateurs étaient mobilisés mardi pour contrôler le flot de désinformation toujours aussi abondant sur les plateformes à quelques heures de la fermeture des bureaux de vote aux Etats-Unis.

>> EN DIRECT -Suivez la présidentielle américaine

Un arsenal de mesures sans précédent pour garantir l'intégrité du vote

Les réseaux sociaux, soucieux de redorer leur réputation écornée lors de l'élection présidentielle de 2016, ont déployé un arsenal de mesures sans précédent pour garantir l'intégrité du vote, mais les ONG et politiques fustigent de nombreuses failles dans l'application des règles. Une vidéo tronquée et détournée de Joe Biden, où le candidat démocrate semble dire que l'administration de Barack Obama a mis en place un vaste système de fraude électorale, a par exemple été vue environ 17 millions de fois sur différents sites, selon l'ONG Avaaz.

"C'est un signal d'alarme majeur qui montre que les plateformes ne sont toujours pas prêtes face à la désinformation", avertit l'association dans un communiqué mardi. La vidéo a été partagée aussi bien par la campagne officielle de Donald Trump que par des partisans, et aussi sous forme de memes - des dessins ou photos de l'ancien vice-président adossés à une citation mensongère.

Avaaz dénonce en outre de nombreuses occurrences autour d'une fausse rumeur selon laquelle "la gauche prépare un coup d'Etat si Trump est réélu" ainsi que des "pages et groupes Facebook très part...


Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :