Facebook poursuit en justice des vendeurs de faux “like” sur Instagram

1 / 2

Facebook poursuit en justice des vendeurs de faux “like” sur Instagram

Facebook, propriétaire d’Instagram, souhaite décourager les entreprises qui proposent de gonfler artificiellement la popularité d’un compte.

Facebook a annoncé jeudi le dépôt d'une plainte contre une entreprise et trois personnes basées en Nouvelle-Zélande, accusées d'avoir fait commerce de fausses mentions "like" (boutons "j'aime", en français) notamment, au moment où le réseau social tente de redorer son blason après plusieurs scandales sur les données privées.

Faux “like” et faux abonnés

La plainte de Facebook déposée dans un tribunal américain soutient que "l'entreprise et les individus (accusés) ont utilisé différentes sociétés et sites internet pour vendre des mentions factices aux utilisateurs d'Instagram", propriété de Facebook, a affirmé Jessica Romero, responsable des litiges au sein du réseau social qui revendique 2,3 milliards d'abonnés.

Les personnes accusées opéraient un service qui offrait à des utilisateurs du réseau Instagram de fausses mentions "like", de fausses pages vues et de faux abonnés, affirme-t-elle, citée dans un communiqué publié jeudi soir. Ces différents éléments permettent traditionnellement aux internautes de gagner en visibilité sur les réseaux sociaux, surtout lorsqu'ils ont des visées à but commercial.

Facebook a dans un premier temps suspendu des comptes associés aux personnes accusées et mis en garde les auteurs du commerce frauduleux. "Mais leur activité a persisté", a rapporté Jessica Romero.

"En portant plainte, nous voulons transmettre le message que ce genre...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi