Facebook aide ses employés à répondre aux questions gênantes avec un chatbot

Kahn, Samuel
Travailler dans une entreprise comme Facebook aiguise forcément la curiosité de ses proches / Erin Scott/REUTERS

Le «Liam Bot» permet aux employés de Facebook de devenir acteurs de la stratégie de communication du réseau social.

Les fêtes de fin d’année amènent leur lot de dîners de famille et de questions gênantes. «À quand le mariage? Tu penses quoi de ma nouvelle coupe?» Et quand on est employé d’une entreprise très médiatisée comme Facebook, elles concernent souvent le réseau social: «Il est comment Mark Zuckerberg? Est-ce que vous volez toujours les données des gens?» s’amuse l’un d’entre eux. Pour les aider à faire face aux questions pour lesquelles ils ne savent pas toujours quoi répondre, Facebook a mis au point un chatbot qui leur fournit des éléments de langage pour assouvir la curiosité de leurs proches sans écorner l’image de Facebook, raconte le New York Times.

L’image du réseau social a notamment souffert du scandale Cambridge Analytica, cette société qui a exploité les données personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social au profit de la campagne de Donald Trump et de celle du Brexit. L’entreprise est aussi régulièrement critiquée pour ses difficultés à modérer les contenus haineux. D’où l’introduction par Facebook il y a quelques mois de ce chatbot nommé «Liam Bot», un programme auquel ses employés peuvent demander quoi répondre quand on les interroge sur ces sujets.

Trouver les bons mots

Liam Bot fournit alors une liste d’arguments comme «Facebook travaille avec des experts en la matière», «il emploie des modérateurs et il utilise l’intelligence artificielle pour repérer les messages haineux». Il lui indiquera également des déclarations officielles de l’entreprise, ainsi que des statistiques pertinentes.

«La communication interne est très importante au sein de Facebook. Nos employés demandent régulièrement des informations. Nous avons donc lancé un chatbot ce printemps. Ce nouvel outil vient compléter tous nos autres moyens de communication interne», explique la directrice de la communication de Facebook en France et en Europe, Michelle Gilbert. (...) Lire la suite sur Figaro.fr

«L’intelligence artificielle va-t-elle tuer le libre arbitre?» 
AI, chatbots et avenir: une interview avec le CTO Avi Ben Ezra 
Pourquoi Facebook change le logo de sa société maintenant? 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro