Face aux variants, l'Union européenne organise la riposte

·1 min de lecture

Inquiète de l’émergence de variants du coronavirus qui incite certains membres de l’Union à boucler leurs frontières, la Commission européenne muscle la riposte. Elle lance mercredi "Hera incubator", un programme de recherche dédié à l’étude de ces mutations ; doté "d’importants fonds", il réunira "les laboratoires, les autorités sanitaires, les scientifiques et la Commission", a expliqué mardi dans Les Echos Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission. C’est un premier pas vers la création d’une nouvelle agence européenne baptisée HERA (Health emergency response authority) et voulue par Bruxelles pour coordonner les efforts des Vingt-Sept dans la lutte coordonnée contre les futures pandémies.

Von der Leyen appelle aux partenariats entre laboratoires

La réponse s’organise aussi sur le front des vaccins, Ursula von der Leyen estime qu’il faut aider les industriels à "développer des capacités de production" des vaccins de deuxième génération et appelle aux partenariats entre laboratoires. L’Agence européenne du médicament (EMA), qui a demandé aux différents fabricants d’évaluer l’efficacité de leur antidote contre les mutations, va accélérer la procédure d’autorisation de mise sur le marché.

Lire aussi - Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur le vaccin de Johnson & Johnson

Mardi, l'EMA a également annoncé que Johnson & Johnson avait déposé une demande d'autorisation pour son vaccin contre le Covid-19 dans l'Union européenne. La décision de l'instance est attendue à la mi-m...


Lire la suite sur LeJDD