Face aux musées stars parisiens, les petits musées tentent de résister

franceinfo Culture avec agences
Les petits établissements doivent batailler en permanence pour attirer du monde, alors que la 15e Nuit européenne des musées se tient samedi 18 mai.

D'un côté, il y a les musées qui possèdent des œuvres de Léonard de Vinci, Manet ou Kandinsky, avec à la clé des records de fréquentation. De l'autre, il y a les établissements plus modestes pour lesquels faire venir des visiteurs demande des effforts et de l'imagination au quotidien. Pour près de la moitié des 1.200 musées français, la situation est compliquée. On peut imaginer que des événements comme la Nuit des musées, dont la 15e édition se tient samedi 18 mai, leur donne l'occasion de tirer leur épingle du jeu.

"On assiste à un effet de polarisation, entre des grands établissements qui peuvent se moderniser et accaparent la plupart des visiteurs, et ceux qui n'en ont pas les moyens", explique à l'AFP Jean-Michel Tobelem, professeur à l'École du Louvre et à l'Université Panthéon-Sorbonne. "Si ça continue, il va y avoir de plus en plus de fermetures."

Fréquentation globale des musées en baisse

La fréquentation globale des musées en France a baissé de 8% entre 2014 et 2016. Loin du peloton de tête que forment les cinq géants parisiens - Louvre (plus de 10 millions d'entrées), musée du Quai Branly, Centre Pompidou, musée d'Orsay et musée d'Histoire Naturelle -, le musée d'art et d'histoire de Saint-Denis, rebaptisé musée d'art et d'histoire Paul Eluard, accueille environ 20.000 visiteurs par an.

Si sa fréquentation baisse, ce musée de la proche banlieue (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi