Face aux “intimidations” chinoises, le Japon et les Philippines signent un accord de défense

Confrontés à l’expansionnisme de moins en moins dissimulé de la Chine, ses pays voisins renforcent leur coopération de sécurité. Ainsi, le 8 juillet, la ministre des Affaires étrangères du Japon, Yoko Kamikawa, en déplacement à Manille, a signé un accord d’accès réciproque entre les deux armées avec le secrétaire à la Défense philippin, Gilberto Teodoro, rapporte le média public japonais NHK.

Ce texte, semblable à celui que Tokyo a déjà signé avec l’Australie et le Royaume-Uni, vise notamment à faciliter l’organisation des entraînements militaires conjoints entre les deux capitales. “Le Japon et les Philippines font face à l’expansionnisme chinois respectivement dans la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridionale. L’idée est donc de renforcer leurs relations en matière de défense”, explique la chaîne japonaise.

La une du journal philippin “Inquirer” daté du 9 juillet..
La une du journal philippin “Inquirer” daté du 9 juillet..

“Le texte porte notre partenariat de défense à un niveau sans précédent. Nous avons également exploré d’autres mesures pour améliorer et coordonner nos politiques de défense et de sécurité”, a déclaré Enrique Manalo, secrétaire aux Affaires étrangères des Philippines, cité par le quotidien philippin Inquirer. Signe de l’importance pour Manille de cette signature, le titre lui consacre d’ailleurs sa une.

“Tout comme le Japon, les Philippines sont un archipel. [En raison de cette spécificité géographique], nous faisons face à des problèmes semblables en mer et dans des îles isolées. En ce sens, les Forces d’autodéfense japonaises (FAJ) sont un modèle approprié pour notre armée”, explique Jay L. Batongbacal, professeur à l’université des Philippines et spécialiste de la question, cité par la NHK.

Tensions en mer de Chine.. SOURCE : « THE WALL STREET JOURNAL »
Tensions en mer de Chine.. SOURCE : « THE WALL STREET JOURNAL »

Protéger les routes maritimes

La signature du texte intervient dans un contexte d’aggravation des tensions entre Manille et Pékin. Début juillet, la Chine a même envoyé un de ses navires géants de surveillance des côtes de 12 000 tonnes près des îles Spratleys, dans la zone économique exclusive philippine (voir la carte ci-dessus), ce qui a été qualifié d’“intimidation” par les autorités locales, a rapporté la chaîne américaine CNN. En juin, un navire de la marine philippine était déjà entré en collision avec un bateau chinois, faisant un blessé côté philippin.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :