Face aux cyberattaques, la France va recruter 1900 cybercombattants !

·1 min de lecture

Le ministère français des Armées va muscler ses moyens, face à la multiplication des cyberattaques ! Il compte embaucher près de 800 cyber-combattants supplémentaires, en plus des 1.100 embauches initialement prévues d'ici 2025, devrait annoncer la ministre Florence Parly dans un discours dont l'AFP a pu consulter des extraits. Alors que la France dispose depuis 2017 d'un commandement militaire de cyberdéfense ("Comcyber"), la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit un budget de 1,6 milliard d'euros pour la cyberdéfense et le recrutement de 1.100 cybercombattants supplémentaires pour atteindre un effectif de 4.000 personnes.

Or "compte tenu de la multiplication et de la gravité des cyberattaques, j'ai décidé d'intensifier les recrutements durant la période 2019-2025", prévoit de déclarer la ministre au Forum international de la cybersécurité de Lille (Nord), car "d'un +nouvel espace de conflictualité+, nous en sommes aujourd'hui à nous interroger sur l'existence d'une +Guerre froide dans le cyberespace+", où Russes et Chinois sont régulièrement accusés de prédation par les Occidentaux. Ainsi, "le ministère des Armées recrutera 770 cyber-combattants en plus des 1.100 initialement prévus" pour atteindre 5.000 personnels en 2025 au sein des armées, de la Direction générale de l'armement (DGA) et du service de renseignement extérieur français DGSE, détaille-t-elle dans son discours en rappelant l'ambition de la France de devenir "un champion de la cybersécurité".

>> (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Energie : le Liban va recevoir du gaz d’Egypte via la Syrie et la Jordanie
L'exploitation des richesses arctiques, une priorité stratégique pour la Russie
Avec la pandémie, l'inflation a fait un retour remarqué
Un gérant de biens immobiliers qui ne voulait pas payer l'IFI, débouté par la justice
Un homme victime de la nouvelle arnaque au faux RIB

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles