La face cachée des livraisons express "garanties avant Noël"

·4 min de lecture

Avec la promesse des livraisons en moins de 24h, les colis voyagent beaucoup et très vite en cette période de fêtes. On vous dévoile l’impact de ces achats de dernières minutes sur la planète.

ENVIRONNEMENT - “Livraison garantie avant Noël”: c’est le service des sites de vente en ligne qui sauve les retardataires qui, en cette veille de réveillon, n’ont toujours pas acheté leurs cadeaux. Sur de nombreuses plateformes comme Amazon ou Cdiscount, il est en effet possible de se faire livrer le lendemain de l’achat.

Mais comment ces cybermarchands font-ils pour aller encore plus vite que le Père-Noël sur son traineau? Pas de magie, ils utilisent des avions

Pour un voyage classique, votre colis démarre sa course d’un pays asiatique comme la Chine. De là, il prendra soit l’avion soit le bateau pour être acheminé jusqu’à un entrepôt en France. Un camion l’emmène ensuite vers une agence de livraison, comme Chronopost ou Relais Colis,qui se chargera de le déposer au seuil de votre porte. Un long voyage que les sites de vente en ligne tentent d’optimiser, surtout avant Noël. 

Des colis qui prennent l’avion

Pour accélérer la cadence, ces plateformes utilisent deux leviers. Le premier: la livraison des entrepôts en avion, beaucoup plus rapide qu’en bateau. Le premier met un jour quand le second peut mettre un mois. Résultat, le volume du fret aérien a plus que triplé en quatre ans. “102 millions de colis étaient livrés par avion en 2017, c’est 367 millions en 2021”, détaille pour Le Huffpost Alma Dufour de l’association Les Amis de la Terre. Elle déplore cependant que ce mode de transport soit privilégié alors qu’il est, selon ses recherches, “100 fois plus polluant que le fret maritime et 7 à 9 fois plus que par la route”. 

Second levier pour assurer une livraison express: le taux de remplissage des camionnettes. “Afin de satisfaire tous les clients et que tous soient livrés en moins de 24h, les camions n’attendent pas d’être pleins pour partir”, explique Alma Dufour. Donc, en période de forte demande, les plateformes font rouler plus de camionnettes, qu’elles soient pleines ou non. L’engagement commercial passe alors avant l’impact environnemental. 

Plus la livraison est rapide, moins c’est écologique

Ces deux aspects font de la livraison en 24 heures “la moins écologique”. Une étude publiée en 2020 par l’Institute of Transportation Studies pour les États-Unis, démontrait déjà que “le temps de transit a une relation directe avec l’impact environnemental”. Les délais de livraison figurent même “parmi les déterminants les plus importants de l’aggravation des émissions de gaz à effet de serre et de particules fines” en ville. 

Pour réduire l’impact environnemental de la livraison en ligne, il faut donc choisir un mode de livraison plus lent, 72h ou plus, quitte à devoir attendre un peu pour déballer ses cadeaux. “Sauf qu’on peut se retrouver avec une livraison rapide sans l’avoir sélectionnée. Certains sites ne proposent plus de choisir entre la livraison lente ou rapide”, pointe Alma Dufour. Au contraire, ces cybermarchands incitent les acheteurs en ligne à opter pour le transport express.

“On n’a pas toujours le choix du délai de livraison, mais le problème c’est surtout que rien n’indique sur le site que mon colis arrive par avion. Si je connaissais l’impact carbone selon le temps de livraison, j’opterais sans doute pour des livraisons longues durées”, témoigne Jordan, un Parisien de 27 ans, abonné à Amazon Prime. En formule étudiant, il paye 29 euros par an pour que tous ses colis soient livrés rapidement et gratuitement. “Ca ne m’aide pas vraiment à acheter moins en ligne”, concède-t-il. 

L’achat en ligne n’est pas à bannir

Ces sites n’incitent donc pas à choisir la livraison lente, la moins impactante du point de vue des émissions de gaz à effet de serre. Ils proposent aussi des retours gratuits si les achats ne conviennent pas. Des allers et retours qui font grimper l’impact carbone d’un colis. 

L’achat en ligne n’est pas pour autant à bannir. Frédéric Bordage expert en sobriété numérique délivre au HuffPost quelques pistes pour une pratique responsable de l’achat en ligne: “Opter pour la livraison en point relais et y aller en transport en commun ou à pied sur un trajet du quotidien, ne pas renvoyer l’article acheté, viser le regroupement d’articles” et surtout “ ne pas prendre la livraison express”. 

Si vous n’avez toujours pas acheté vos cadeaux, mieux vaut donc prendre la direction du centre commercial et éviter le shopping en ligne 24h avant Noël. Rien ne sert de culpabiliser pour autant. Et si vraiment, vous ne trouvez rien et n’avez rien à offrir le soir du réveillon, vous pourrez toujours dire que c’est à la planète que vous avez fait un cadeau. 

A voir aussi sur Le HuffPost: Pour un Noël végétarien, cette recette de courge butternut remplacera la dinde

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Pour Amazon et tous les logisticiens du Père Noël, le moment du coup de feu est lancé

undefinedundefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles