La face cachée des frères H., dentistes le jour et proxénètes la nuit

Jérémie Pham-Lê
L’hôtel « Le Globe » rue de Villeneuve à Clichy abritait un réseau de prostitution dirigé par deux frères

Deux frères ont été interpellés le 9 avril par les policiers de la brigade de la répression du proxénétisme, soupçonnés d’avoir instauré un système occulte de passes dans un hôtel des Hauts-de-Seine.


Dire que l’hôtel « Le Globe », situé à quelques encablures de la mairie de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), jouit d’une réputation exécrable serait une litote. Ce sont d’ailleurs les plaintes de riverains, qui pestaient à cause de nuisances sonores, ainsi que les commentaires négatifs sur Internet, qui ont poussé les enquêteurs de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire de Paris à lever le voile sur l’intrigant ballet qui s’y jouait.

« Personnel désagréable et fortement alcoolisé, repaire de prostituées », peut-on lire sur le site de notation TripAdvisor à propos de cet établissement qui revendique pourtant deux étoiles. « Si l’on a le malheur de se plaindre (NDLR : des prostituées), la gérance a le culot de comparer les pleurs de mon bébé aux ébats sexuels de celles-ci », écrit une autre ancienne cliente désabusée.

L’hôtel « Le Globe » est désormais en cours de fermeture. Le 12 avril, ses deux propriétaires ont été mis en examen pour proxénétisme aggravé. Ils ont été placés en détention provisoire. Particularité, les deux hommes sont frères et… chirurgiens-dentistes de profession. Âgés de 55 et 52 ans, Frédéric et Stéphane H. disposent chacun d’un cabinet médical dans les Yvelines. « Deux frères bien intégrés et insoupçonnables, mariés et pères de famille, vivant dans une belle résidence de Neuilly-sur-Seine », décrit une source proche de l’enquête.

Des dizaines de prostituées, toutes paraguayennes

Les policiers les soupçonnent d’avoir constitué un réseau de prostitution organisé dans leur hôtel privé, acquis au début des années 2000. Quatre complices présumés ont aussi été mis en examen, dont trois écroués, soupçonnés d’avoir joué le rôle d’intermédiaires : deux employés ainsi que deux prostituées chargées de recruter et chapeauter les (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Une cellule terroriste liée à Daech démantelée au Maroc
Vingt rédactions apportent leur soutien au journaliste Gaspard Glanz
Le très détaillé fichier des hôpitaux de Paris qui recense les Gilets jaunes blessés
Trafic de drogue : ces inquiétants records de saisies en France
Trafic de drogue : le retour en force de l’héroïne