Face au froid, votre masque vous réchauffe mais vous protège moins

·3 min de lecture
Un masque tient chaud en période de grand froid, mais il peut vite devenir humide...voir geler. (Photo: Dani Serrano via Getty Images)
Un masque tient chaud en période de grand froid, mais il peut vite devenir humide...voir geler. (Photo: Dani Serrano via Getty Images)

FROID - Il fait froid, très froid, signe que l’hiver approche. Ce lundi 29 novembre, des températures entre 0 et 2 degrés sont attendues dans une grande partie de la France, et l’arrivée d’une masse d’air polaire se confirme. Ce week-end, les premières neiges de l’hiver sont même tombées.

Pour contourner ce froid, un objet inattendu s’est fait une place dans notre quotidien depuis bientôt deux ans: le masque. Cachant la moitié du visage et retenant la chaleur de l’haleine, il est un véritable allié pour affronter l’hiver. Mais attention à en prendre soin à l’heure où l’épidémie de Covid-19 reprend de plus belle avec la 5e vague et l’approche de nouveaux variants.

Humidité du masque

Car malheureusement, ni le froid ni la neige ne sont efficaces pour enrayer la propagation du virus. Comme le souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS), “la température normale du corps humain reste aux alentours de 36,5°C et 37°C, quels que soient la température ou le temps extérieur. Par conséquent, il n’y a aucune raison de croire que le temps froid peut tuer le nouveau coronavirus ou d’autres agents pathogènes”.

Par ailleurs, porter un masque quand il fait aussi froid ne va pas sans poser quelques problèmes. À commencer par le fait d’avoir le nez qui coule ou l’envie d’éternuer. “Les gens ont tendance à retirer ou à mettre de côté leur masque lorsqu’ils éternuent ou toussent, ce qui va à l’encontre de la finalité du couvre-visage”, expliquait à Radio Canada le docteur Zain Chagla, spécialiste des maladies infectieuses à l’Hôpital Saint-Joseph de Hamilton, dans l’Ontario. Si vraiment vous devez éternuer et enlever votre masque, veillez à le faire uniquement si vous êtes suffisamment éloigné d’autres personnes.

Autre problème: celui de l’humidité, comme nous l’expliquions dans cet article. En effet, “le degré de protection des masques se mesure à “l’électricité statique des fibres du tissu qui arrête les gouttelettes des postillons”, explique l’Association française de normalisation (Afnor). “Or, si le masque est mouillé, cette électricité statique disparaît et les gouttelettes passent plus facilement.”

Contre le gel, un foulard

Comme l’a rappelé la Direction générale de la Santé (DGS) dans un communiqué, “si le masque est humide, il faut le changer car son efficacité n’est plus assurée”. Il est donc recommandé de prévoir un parapluie pour préserver au maximum son masque des gouttes de pluie (ou des flocons de neige).

Il faut également prévoir plusieurs masques de rechange afin d’être constamment protégé contre le coronavirus. Si votre masque est en tissu, préparez un contenant fermé, comme un sac congélation par exemple. S’il est en papier, vous devrez le jeter dans une poubelle immédiatement après son utilisation.

Et si vraiment il fait très froid, le masque humidifié pourrait même se mettre à geler. Dans ce cas, Zain Chagla, ainsi que le docteur Matthew Oughton, spécialiste des maladies infectieuses à Montréal, conseillent tous deux auprès de Radio Canada de porter un foulard par-dessus le masque.

À voir également sur Le HuffPost: Entre froid et gel hydroalcoolique, vos mains sont sèches? Suivez cette routine en 3 étapes

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles