Face au Covid-19, des primes pour des infirmiers dans les hôpitaux d'Île-de-France

·1 min de lecture
Les hôpitaux d'Île-de-France veulent fidéliser leurs nouveaux infirmiers avec un gros chèque (photo du 3 novembre 2020 à Strasbourg) (Photo: via Associated Press)
Les hôpitaux d'Île-de-France veulent fidéliser leurs nouveaux infirmiers avec un gros chèque (photo du 3 novembre 2020 à Strasbourg) (Photo: via Associated Press)

ÉCONOMIE - L’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France a décidé sortir le carnet de chèques pour tenter de compenser le manque de personnel de soins face à l’épidémie de Covid-19.

Depuis ce lundi 17 janvier, un dispositif a été ouvert dans les établissements de santé franciliens pour offrir des conditions de travail plus attractives aux infirmiers intérimaires afin de les inciter à rester dans un même hôpital sur plusieurs mois.

Le principe, mis à disposition jusqu’au 28 février, consiste à fixer leur salaire à 3085 euros brut par mois et y ajouter une prime de 4000 euros s’ils acceptent un CDD de 6 mois et de 7000 euros pour un CDD de 9 mois pour une activité à temps plein.

Ces CDD sont par contre non renouvelables et ont simplement pour but de “combler, jusqu’à l’automne 2022, les postes vacants dans les établissements de santé”, justifie l’ARS dans un communiqué.

“On veut dire à des intérimaires: plutôt que de faire un jour ici puis un jour là, venez pour une durée qui n’est pas très longue dans un hôpital où vous intervenez déjà comme intérimaire et venez un peu voir comment ça se passe quand on est durablement affecté dans l’équipe”, explique la directrice de l’Agence sur Franceinfo.

À voir également sur Le HuffPost: Au CHU de Rennes, un service d’urgences ”à bout” se met en grève

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles