Face au Covid-19, Nice interdit les locations saisonnières pendant les vacances de février

·2 min de lecture
Le maire de Nice Christian Estrosi, le 18 janvier 2021, sur la "Promenade des Anglais" à Nice

Le maire LR de Nice Christian Estrosi a annoncé mercredi avoir pris un arrêté interdisant les locations saisonnières dans sa ville du 6 au 20 février, afin d'éviter une nouvelle flambée des cas de Covid-19.

"Cet arrêté sera reconductible", a précisé M. Estrosi lors d'une conférence de presse en visio-conférence, en appelant le préfet des Alpes-Maritimes à prendre un arrêté similaire s'appliquant au-delà de la seule ville de Nice.

"J'ai d'abord à protéger les Niçois, c'est ma responsabilité", a insisté le maire de Nice, en annonçant cette interdiction qui couvre pour l'instant les deux premières semaines de la période des vacances scolaires d'hiver en France: "Je ne souhaite pas que l'effet de la fin de l'année et de Noël se reproduise".

Avec un taux d'incidence de 438 pour 100.000 habitants, contre 205 en moyenne nationale, le département des Alpes-Maritimes est l'un des plus touchés par l'épidémie de Covid-19 en ce mois de janvier, a insisté M. Estrosi, en mettant cette flambée notamment sur le compte de la forte augmentation des rotations à l'aéroport Nice-Côte-d'Azur entre Noël et Nouvel An, "avec 120 vols par jours contre une vingtaine auparavant".

Au-delà de cette interdiction des locations saisonnières, le maire de Nice a également appelé le gouvernement à "renforcer" ses mesures de lutte contre l'épidémie de Covid-19 et à "aller plus vite dans la course à la vaccination".

Sur ce thème, l'élu niçois a regretté que 8.500 personnes seulement aient pour l'instant pu se faire vacciner sur le territoire de la métropole de Nice, faute de doses en nombre suffisant, alors que la capacité mise en place avec l'ARS serait selon lui de 50.000 vaccins par semaine.

Cette pénurie est d'autant plus gênante pour les Alpes-Maritimes que le département est celui qui compte le plus de personnes de plus de 75 ans, soit 12,5%, contre 9% de moyenne nationale, a souligné M. Estrosi.

ol/mdm/caz