Coronavirus: Trump n'aurait "rien fait différemment", cette étude dit le contraire

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Les Etats-Unis sont l'un des pays les plus touchés en terme de décès par le nouveau coronavirus.
Les Etats-Unis sont l'un des pays les plus touchés en terme de décès par le nouveau coronavirus.

ÉTATS-UNIS - Il assume jusqu’au bout. Alors que la pandémie de nouveau coronavirus a fait 93.439 décès et contaminé 1,55 million de personnes aux États-Unis, Donald Trump assume complètement sa politique sanitaire.

Ce mercredi 20 mai, le locataire de la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse avec les gouverneurs de l’Arkansas et du Kansas, a été interrogé sur ce qu’il aurait fait différemment en matière de gestion de crise, sachant que “les États-Unis représentent 4% de la population mondiale, mais 30% des cas de nouveau coronavirus”. 

La réponse de Donald Trump a été sans appel: “Et bien rien”, a-t-il d’abord asséné, estimant que les États-Unis se trouvaient au même niveau que l’Allemagne en termes de taux de mortalité et accusant, comme il en a désormais l’habitude, la Chine de mentir.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump écarte toute responsabilité de sa part dans la crise, pointant tour à tour Pékin, l’OMS, ou même l’administration de Barack Obama. Le président a régulièrement plaidé pour une reprise de l’économie, allant jusqu’à soutenir des manifestations anti-confinement. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

1 million de cas auraient pu être évités

Si Donald Trump assure qu’il a fait exactement ce qu’il fallait pour protéger la population américaine, une étude publiée par l’université de Columbia cette semaine devrait légèrement bousculer ses certitudes. 

Elle estime que si des mesures de distanciation sociale avaient été mises en place dès le 8 mars, et non le 15 comme ce fut le cas, les États-Unis auraient pu éviter 36.000 morts et 700.000 cas de contaminations. Zone la plus touchée par le virus, l’agglomération de New York aurait pu éviter 209.987 cas et 17.514 décès. 

Pis, si la décision avait été prise le 1er mars, soit deux semaines avant, 54.000 morts et 1...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles