Face au coronavirus, les municipales devraient être reportées selon ces politiques

Le HuffPost avec AFP
Valérie Pécresse, comme d'autres présidents de région, réclame un report des municipales (ici photographiée le 30 septembre 2019 à Paris)

CORONAVIRUS - Aux urnes, malgré tout: le premier tour des municipales se profile ce dimanche 15 mars dans une France qui, comme le reste du monde, s’enferme toujours plus pour tenter de freiner la pandémie du coronavirus.

Édouard Philippe a confirmé samedi soir la tenue du scrutin, au moment-même où il prenait de nouvelles mesures drastiques de fermeture, dès minuit, de tous les “lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays”

Restaurants, bars, discothèques, cinémas ferment leurs portes jusqu’à nouvel ordre, tout comme un grand nombre de commerces. Mais les experts, a expliqué le chef du gouvernement, ont “confirmé que le premier tour pouvait se dérouler demain en respectant strictement les consignes de distanciation et de priorisation des personnes âgées et fragiles”.  En conséquence, a-t-il poursuivi, “les opérations de vote se dérouleront demain comme prévu, et je sais que les Français démontreront à cette occasion leur calme et leur civisme”.

Une décision mal comprise par beaucoup, y compris du côté des politiques eux-mêmes. Xavier Bertrand a notamment estimé dans la La Voix du Nord qu’il “est incompréhensible de maintenir les élections municipales demain et dimanche prochain. Il faut avant tout protéger nos concitoyens car rien n’est plus important que leur santé. Ils ont besoin que les décisions prises soient cohérentes”.

D’autres présidents de région ont exprimé leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux. En Occitanie, Carole Delga a jugé sur Twitter “plus sage de reporter les élections municipales” en tenant compte des “dernières déclarations du premier ministre et de l’inquiétude grandissante de la population”. Même chose en Normandie par la voix d’Hervé Morin qui trouve que “ces élections municipales n’ont pas de sens. Elles doivent être reportées car elles vont s’avérer faussées”.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post