Face au coronavirus en Espagne, il n'y a pas que des applaudissements aux balcons

Jade Toussay
En Espagne, des concerts de casseroles se sont fait entendre le 18 mars contre le roi Felipe VI et la monarchie. Mais depuis, ils visent le gouvernement de Pedro Sanchez et son allié Podemos.

INTERNATIONAL - Tous les soirs, l’Espagne, deuxième pays au monde le plus touché par l’épidémie de coronavirus avec 13.798 décès enregistrés au 7 avril, célèbre ses soignants. Toutefois, après les applaudissements, les bruits de casseroles se font de plus en plus entendre. Et ils pourraient bien résonner plus fort que jamais ce mercredi 8 avril, annonciateurs de jours encore plus sombres pour le gouvernement de Pedro Sanchez.

Les “caceroladas” -les concerts de casseroles- ont retenti pour la première fois le 18 mars, alors que le roi s’adressait aux Espagnols dix jours après les premières mesures prises pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Bien qu’il ait martelé la nécessité de “s’unir” pour “surmonter cette situation grave”, le discours de Felipe VI a été brouillé par les accusations de corruption qui pèsent sur son père et ex-roi Juan Carlos et éclaboussent toute la monarchie. L’appel a même été relayé par la gauche radicale Podemos, qui forme le gouvernement avec le parti socialiste (PSOE) de Pedro Sanchez. 

Depuis, la situation a quelque peu changé: désormais, les casseroles sonnent à l’appel de l’extrême droite contre Pedro Sanchez, tout juste intronisé en janvier après huit mois de blocage, pour dénoncer sa gestion de la crise.

 

Remous indépendantistes

En Espagne, Pedro Sanchez s’est exprimé pour la première fois sur le coronavirus le 9 mars, appelant à l’unité, mais sans annoncer de mesures pour endiguer l’épidémie alors que plus d’une centaine de cas avait déjà été enregistrée. 

Dès le lendemain toutefois, le ton a changé. Les premières mesures ont été prises, avec l’interdiction des vols venant d’Italie et la tenue des matches de foot à huis clos. Dans les trois régions les plus touchées, à savoir Madrid, Vitoria la capitale de la région du Pays basque, et la région de la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post