Face au boom des exportations de bois français vers la Chine, nos industriels tirent la sonnette d’alarme

·1 min de lecture

Face à l'envolée de nos exportations de chênes vers la Chine, nos industriels du bois lancent une pétition pour "sauver" les scieries françaises ! Lancée mardi, cette pétition intitulée "Sauvons la scierie française : STOP aux exports de grumes !" a déjà recueilli les signatures de plus de 2.200 entreprises de la filière, selon la Fédération nationale du bois (FNB), qui regroupe scieurs et industriels. "Chacun doit prendre conscience que la scierie française est aujourd'hui en danger de mort si rien n'est fait pour juguler l'hémorragie qui se déroule sous nos yeux dans l'indifférence la plus totale", écrit la FNB dans cette pétition, qui interpelle l'Etat français.

"L'Etat doit agir vite et fort pour sauver la scierie française. C'est l'avenir du cœur de la filière et de la politique de relance et de relocalisation qui est en jeu", poursuivent les auteurs de cette pétition, qui dénoncent une crise "d'une violence jamais connue à ce jour". Ce problème a d'ores et déjà créé des tensions par le passé entre acteurs de la filière, notamment entre scieurs et propriétaires forestiers privés, en 2017. Selon les scieurs, "depuis six mois, 35 à 100% des volumes de chênes de la forêt privée partent à l'export, principalement en Chine", où la reprise économique post-pandémie bat son plein.

>> A lire aussi - Le bois toujours plus haut

Autre élément qui aggrave cette fois la pression de la Chine sur la ressource française, la décision prise par Moscou d'interdire prochainement l'export de grumes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Allemagne dans le collimateur de l’UE, l’arrêt de la Cour constitutionnelle constitue “un grave précédent” !
Covid-19 : nombreux morts en Inde, en Argentine et au Brésil, la pandémie fait de la résistance !
Couvre-feu à 23 heures : la nouvelle attestation est disponible
Réouverture des casinos : un stage intensif pour aider les croupiers à se remettre en selle
10 minutes avant la gifle, la déclaration “prémonitoire” d’Emmanuel Macron