Face à la crise, ces locataires précaires demandent l'annulation de leur loyer

Pierre Tremblay

CRISE ÉCONOMIQUE - Nourrir la famille ou payer le loyer? Alors que la crise du coronavirus a engagé la France dans une grave récession et amputé les revenus de millions de personnes, certains locataires précaires se retrouvent face à ce type de dilemme insoluble.

Selon des chiffres de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) publiés par Le Monde, les incidents de paiement dépassent 10% et vont jusqu’à 20% ou 25% des loyers appelés dans les quartiers populaires de la banlieue marseillaise et parisienne.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, des associations et politiques réclament donc aux bailleurs publics et privés la suspension ou l’annulation (selon les cas) des loyers durant la crise sanitaire. 

“Le gouvernement, d’un claquement de doigts, offre 5 milliards d’euros (de prêts) à Renault, qui licencie 5000 personnes le lendemain, et on est pas capable de fournir les quelques millions et milliards qui permettraient d’assurer aux bailleurs de suspendre les loyers le temps de la crise”, regrette le député Bastien Lachaud (France insoumise), qui rencontrait jeudi 28 mai des locataires de sa circonscription réunis par l’Alliance Citoyenne d’Aubervilliers.

Le peu qu'on a... Tout va dans les dépenses de logement. On ne vit pas. Aline, habitante d'Aubervilliers

L’Alliance citoyenne d’Aubervilliers, qui vient en aide principalement à des locataires du parc public, réclame “des mesures d’urgence pour rendre facilement accessible le Fond de Solidarité pour le Logement (FSL)” aux locataires fragiles. ”À défaut, les locataires demandent l’annulation des dettes”, ajoute l’association.

Si certains bailleurs ont répondu à cet appel, notamment à Bobigny, et qu’une prolongation de la trêve hivernale a été annoncée au niveau national, la France n’a pour le moment pas instauré un fonds d’urgence pour le logement spécifique pour cette période, ni imposé de moratoire.

Ailleurs dans le monde, de grandes villes comme Lisbonne et Berlin ont décidé de suspendre les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post
 

Ce contenu peut également vous intéresser :