Face à la septième vague de Covid-19, la France mise pour l'heure sur la vaccination

REUTERS - STEPHANE MAHE

Face à la septième vague de l'épidémie de Covid-19, le gouvernement mise sur la vaccination et la « responsabilité citoyenne », et exclut à ce stade le retour de mesures sanitaires comme le masque obligatoire dans les transports.

La France a replongé, en ce début d'été, dans une nouvelle vague, portée par de nouveaux sous-variants de la famille Omicron, BA.4 et surtout BA.5. Conséquence : le professeur Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, bat le rappel de la vaccination pour les plus de 60 ans et les personnes fragiles.

« Malgré l'effet cumulatif des injections et des infections, le niveau de protection n'est plus optimal. Par ailleurs, les vaccins restent sûrs : il n'y a pas plus d'effets secondaires lors d'une quatrième dose. C'est simple, il faut que les 8,5 millions de Français éligibles qui ne l'ont pas encore reçue se rendent chez leur pharmacie ou chez leur généraliste », a déclaré dans Le Journal du dimanche le « Monsieur vaccins » du gouvernement. « Les données montrent qu'avec une quatrième dose, le taux d'anticorps neutralisants remonte au même niveau qu'après la troisième. La protection contre les formes graves est donc rétablie à plus de 90% pour un certain nombre de mois. Franchement, une piqûre deux fois par an, ce n'est pas si terrible ! », a-t-il dédramatisé.

« La vaccination seule ne sera pas suffisante »

Mais pour Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin, le vaccin seul n'est pas suffisant pour endiguer l'épidémie. « La vaccination seule ne sera pas suffisante, prévient-il. Il faut associer le port de masque dans le transport, dans les lieux clos, mal ventilés pour participer à la réduction du risque de contamination. Et par ailleurs, une politique de ventilation, d’aération est nécessaire pour compléter les dispositifs pour pouvoir maîtriser la vague actuelle. »

Plusieurs voix dans la communauté médicale, dont celle d'Alain Fischer, à titre personnel, ou de la fédération des hôpitaux publics, plaident pour un retour du masque obligatoire dans les transports. Mais au gouvernement, on en appelle à « la responsabilité citoyenne ». Pour l'heure, « l'idée, c'est de ne pas revenir à des mesures plus contraignantes », a indiqué Brigitte Bourguignon, qui n'exclut pas d'autres mesures si besoin.

► À lire aussi : Face au retour du Covid-19, la France craint un rappel vaccinal moins évident

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles