"Face à moi, et il le sait, Macron sera battu", estime Xavier Bertrand

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans un entretien publié jeudi dans "Valeurs actuelles", le candidat à l'investiture LR à la présidentielle a fustigé Emmanuel Macron, selon lui ""passé du président du 'en même temps', au candidat du 'tout et son contraire'". 

Le candidat à l'investiture LR à la présidentielle Xavier Bertrand a fustigé Emmanuel Macron, selon lui "passé du président du 'en même temps', au candidat du 'tout et son contraire'", dans un entretien publié jeudi dans Valeurs actuelles. "Emmanuel Macron est un homme miroir", a raillé le président des Hauts-de-France, estimant que "derrière le miroir, on ne sait pas ce qu'il y a". "Regardez le nucléaire! En novembre 2018, il militait pour la fermeture de réacteurs nucléaires avant de changer du tout au tout après que j'ai fait du nucléaire une priorité stratégique et énergétique nationale", a-t-il lancé dans l'hebdomadaire.

Pour Xavier Bertrand, "Emmanuel Macron est si conscient que son bilan est désastreux qu'il s'est lancé dans une politique de distribution de chèques sans provisions" ces dernières semaines, "croyant acheter le vote des Français" en avril 2022.

"Sa seule chance d'être élu, c'est d'avoir face à lui les extrêmes"

"Tout cela ne trompera personne", veut croire le candidat à l'investiture LR à l'Elysée, donné à 14% d'intentions de vote dans le dernier sondage Harris pour Challenges publié mercredi, devant ses adversaires Michel Barnier et Valérie Pécresse (tous les deux à 10%). Les adhérents de LR désigneront le candidat de la droite pour 2022 lors du Congrès du parti du 1er au 4 décembre. La situation d'Emmanuel Macron, qui ne s'est pas encore déclaré candidat à sa réélection, "est terriblement fragile", estime Xavier Bertrand : "Sa seule chance d'être élu, c'est d'avoir face à lui les extrêmes. Face à moi, et il le sait, il sera battu", répète-t-il.

Voir aussi :LR: dans les coulisses du combat des chefs

"Déclassement économique accentué", "pays où la dette a explosé", "Etat qui n'est pas géré",(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles