Face à une sécheresse record, les agriculteurs français tentent de s'adapter

Alors que 96 départements français sont en alerte sécheresse, les agriculteurs composent avec les restrictions d'eau pour continuer à irriguer leur terre. À Séris, dans le département du Loir-Et-Cher, la zone est classée rouge, le plus haut niveau d'alerte, mais le robinet n'est, par chance, pas définitivement coupé.

David Péchard cultive des céréales et les légumineuses qu'il a le droit d'arroser exclusivement en semaine. Tout forage du samedi au lundi est interdit. « Ça nous contraint dans la semaine à travailler un peu plus pour irriguer tout ce qui a besoin de l'être à cette période-là. Et ça limitera inévitablement la production sur certaines cultures qui ne vont pas recevoir de l'eau à temps », indique l'agriculteur.

Plus les surfaces à irriguer sont importantes, plus ce nouveau rythme de travail est fatigant pour l'homme comme pour la plante. Seul le retour de la pluie pourrait alléger la tâche des agriculteurs. « On a eu de la chance d'avoir un orage il y a quinze jours qui a été salvateur pour beaucoup de cultures non irriguées et pour les collègues qui irriguent à l'heure actuelle, raconte David Péchard. Ça a été reposant, ça a permis pendant une semaine de laisser tranquille l'enrouleur et de ne pas irriguer ces champs. »

Prioriser les cultures

Pour cet agriculteur, si les restrictions s'aggravent dans les années à venir, certaines espèces gourmandes en eau, comme le maïs, ne pourront plus être cultivé dans la région.

► À lire aussi : En France, la sécheresse met à mal le niveau d'eau des fleuves et des canaux


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles