Face à la sécheresse en France, une police dédiée pour protéger l’eau

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

SÉCHERESSE - Une pelouse trop verte comme signe de fraude. Face à un printemps et un été extrêmement secs et après l’application de restrictions d’eau importante, la police de l’environnement a contrôlé une centaine d’habitants de la région fin juillet, même si la prévention et la pédagogie sont encore largement préconisées. Rattachés à l’Office français de la Biodiversité, ces agents de police ont pour objectif de réduire ou d’interdire toutes atteintes à l’environnement.

« Chacun peut faire un effort. En Provence, la pelouse est jaune, elle n’est pas verte. La piscine, on essaye de ne pas la remplir en plein été et puis on ne la change pas tous les jours », rappelle Gilles Blanc, inspecteur de l’environnement à la Direction Départementale des Territoires du Vaucluse.

Une fraude à ces restrictions d’eau est passible de 1500 euros d’amende pour un particulier pouvant aller jusqu’à 7500 euros pour un professionnel. Ce ne sont pourtant pas ces amendes qui inquiètent le plus les habitants.

En août, ils craignent des conflits pour l’usage de l’eau. Dans cette région touristique et agricole, la situation est complexe car certains agriculteurs ont le droit d’irriguer sans les mêmes restrictions que d’autres, via les bornes de la Société du canal de Provence.

À voir également sur Le HuffPost : Canicule ou vague de chaleur, comment faire la différence ?

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles