Face à la sécheresse en France, la guerre de l'eau a commencé

·1 min de lecture

La vague de chaleur a beau refluer, quelques orages éclater, les plantes ont soif. "Ce mois de juillet sera le plus sec depuis 1959", estime-t‑on à Météo-France. Les nappes phréatiques, rechargées cet hiver, sont certes dans une meilleure situation que l'été dernier, mais la sécheresse gagne du terrain. Soixante-huit départements avaient déjà pris vendredi des mesures de restriction d'eau. Une situation qui va s'aggraver au fil des ans. Selon les experts, le dérèglement climatique devrait en effet entraîner une augmentation de la fréquence, de la durée et de l'intensité des épisodes de sécheresse d'ici à 2050. Cela se traduira par une diminution des débits des rivières de 10 à 40% à l'horizon 2046-2065. "La gestion de l'eau focalisera les conflits dans notre pays d'ici à la fin du siècle", prédit la députée ex LREM, aujourd'hui EDS, ­Frédérique Tuffnell, rapporteure d'une récente mission parlementaire sur le sujet.

Lire aussi - INFO JDD. Sécheresse : 73 départements sont menacés

Car l'or bleu suscite des convoitises. Pour l'heure, l'industrie en utilise 6%, le secteur de l'énergie 22%, l'eau potable représente 24% de la consommation et l'agriculture 48% (mais 79% en période estivale!). Le problème, c'est qu'à l'exception des usages définis comme prioritaires dans le Code de l'environnement – santé, salubrité, sécurité civile, eau potable et respect des équilibres naturels – le reste n'est pas hiérarchisé.

Les contentieux se sont multipliés

Déjà des tensions éclatent. Certains ...


Lire la suite sur LeJDD