« Face à la sécheresse, la diversité et l’adaptation sont nos meilleurs atouts. »

Sur la France métropolitaine, il n’avait pas aussi peu plu pour un mois de mai depuis 1958. Moins de 30 millimètres. Soit un déficit de 65 % en moyenne. Seuls les départements alpins ont été épargnés. Résultats, les sols se sont encore asséchés. Sur l’ensemble du territoire. De sorte que la situation actuelle correspond à celle que nous avons plutôt l’habitude de rencontrer… à la fin du mois de juillet !

Au mois de mai 2022, les précipitations ont encore été très largement déficitaires. © info-secheresse.fr
Au mois de mai 2022, les précipitations ont encore été très largement déficitaires. © info-secheresse.fr

« Les chiffres sont impressionnants, commente pour nous Chantal Gascuel. L’agriculture est en danger. » Mais avant de poursuivre, la directrice de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) tient à souligner que le danger ne vient pas uniquement de la sécheresse. « Il n’y a malheureusement pas que ça. Il y a aussi les épisodes de pluie ou les décalages saisonniers, par exemple. C’est pour ça qu’il est préférable de parler de changement climatique. Parce que le terme “réchauffement” est réducteur. Il ne rend pas compte de tous les défis que l’agriculture doit affronter. Avec des changements non seulement dans l’amplitude des phénomènes, mais aussi dans leur temporalité. » Ainsi cette année, une sécheresse particulièrement intense et extrêmement précoce.

Pourquoi il est déjà trop tard pour recharger les nappes phréatiques ? Avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo France

« Les animaux, les plantes sont capables de s’adapter à un climat. Mais pas lorsque les changements sont aussi brutaux », poursuit Chantal Gascuel. Dans ce cas, ils ont besoin d’aide. « L’idée, ici, c’est de rendre notre agriculture moins dépendante à l’eau. Pour lui permettre de résister à la sécheresse. » Pour y arriver, les chercheurs d’Inrae comptent avant tout sur l’agroécologie. Sur des solutions fondées sur la nature, en somme. « On va se tourner vers des animaux et des plantes mieux à même de supporter les stress. Et au...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles