Face à la pénurie de main d'œuvre, les patrons frileux à l'idée d'augmenter les salaires

·1 min de lecture

"Ça me fait rire, je ne vous le cache pas." Voilà ce que répond Anthony Cremer Capocci, propriétaire d'une société de food truck italien, quand on lui parle d'augmenter les salaires pour recruter. C'est pourtant la solution proposée par Bruno Le Maire lors des universités d'été du Medef, syndicat patronal, à l'hippodrome de Longchamps. Le ministre de l'Économie a appelé les entrepreneurs à faire évoluer les rémunérations pour attirer les candidatures, alors que la rentrée économique est plutôt marquée par l'optimisme mais que certains secteurs manquent de bras.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Anthony Cremer Capocci l'assure, augmenter les salaires, il "aimerait" et "ne demande que ça". Mais les calculs ne sont pas bons et les cotisations patronales trop élevées, peste-t-il. "Je préfère donner un salaire plus élevé à une personne qui se donne corps et âme pour ma société et en donner peut-être un peu moins à l'État par exemple."

"Nous n'avons pas de marge de manœuvre" 

Si la question des salaires se pose urgemment, c'est parce que la pénurie de main d'œuvre s'est amplifiée avec le Covid-19. Le thermalisme, par exemple, n'avait aucun problème de recrutement avant la crise sanitaire. Aujourd'hui, il y a 15 à 20 % d'emplois non pourvus. Ce qui ne convainc toujours pas le délégué général du conseil national des établissements thermaux, Claude Eugène-Bouvier, de relever le curseur des salaires. "Les établissements thermaux ont déjà subi de lourd...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles