Face à la pénurie de juges au tribunal de Nanterre, les magistrats saisissent le Conseil d’État

© Martin BUREAU / AFP

Le tribunal correctionnel de Nanterre au bout du rouleau. Ce mardi, plusieurs magistrats et avocats ont organisé une conférence de presse afin d’alerter, une nouvelle fois, sur la situation « catastrophique » du tribunal situé dans les Hauts-de-Seine. Dominique Marcilhacy, déléguée et responsable syndicale de l'Union syndicale des magistrats (USM) a déploré « l’épuisement des avocats » et une situation « qui dure depuis 10 ans et qui empire ». Ce cri d’alerte a lieu près d’un mois et demi après la mort, en pleine audience, de Marie Truchet, une juge de 44 ans.

Lire aussi - Après le décès de la juge Truchet, son binôme professionnel raconte une « justice en miettes »

« Le décès de notre collègue est venu nous rappeler que notre tribunal est à bout de souffle », a affirmé Dominique Marcilhacy. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de son décès, afin de comprendre si ses conditions de travail ont un lien avec sa mort soudaine.

Face à la presse, les magistrats ont listé les nombreux dysfonctionnements au sein de l'instance. Que ce soit le conseil de prud'hommes, la chambre de violences intrafamiliales et sexuelles ou encore le pôle famille, l'ensemble des branches du tribunal tourne au ralenti.

Un manque d’effectifs pénalisant

Cela fait plusieurs mois que la juridiction s’active pour tenter d’obtenir le nombre de juges nécessaire à son bon fonctionnement. Au mois de septembre, une association de magistrats nanterrois, fondée pour l’occasion, ainsi que le barreau de...


Lire la suite sur LeJDD