Face à la pénurie d’eau potable, quelles alternatives ?

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Le niveau des eaux est critique et depuis ce mercredi 3 août, la Commission européenne appelle les États de l’Union Européenne à anticiper le traitement des eaux usées. En France, les nappes phréatiques sont à sec et les points d’eau naturels ne suffisent plus à approvisionner les villes en eau potable.

La raison : il n’a pas assez plu de septembre à mars et les vagues de chaleur prématurées n’ont été qu’une circonstance aggravante en asséchant les sols. La Comission européenne précise que la pénurie d’eau et le stress hydrique affecteront probablement la moitié des bassins hydrographiques de l’UE d’ici à 2030. Alors comment faire face à au manque d’eau potable ?

Les distributeurs d’eau potable travaillent sur de nouvelles façons d’irriguer la population en connectant davantage les villes entre elles. Pour le moment, c’est le meilleur moyen pour que certaines villes isolées ne se retrouvent pas en manque d’eau. Seulement, d’après les projections climatiques du Bureau de Recherches Géologiques et Minières, le rythme global de recharge des nappes phréatiques n’est pas suffisant. Il devrait même baisser d’au moins 30 % en 2070.

Traiter les eaux usées pour l’agriculture

À long terme, ce sont les eaux usées qui devront être davantage exploitées. Plus de 40 000 millions de m³ d’eaux usées sont traités chaque année dans l’UE, mais seulement 964 millions de m³ sont réutilisés, selon les données fournies par la Commission.

« Les ressources en eau douce sont rares et de plus en plus tendues. Il est de notre devoir de cesser de gaspiller l’eau et d’utiliser cette ressource plus efficacement », a souligné le commissaire à l’Environnement Virginijus Sinkevičius. Mais il déplore une pratique « déployée en deçà de son potentiel dans l’UE ».

L’UE s’est dotée d’un règlement sur la réutilisation de l’eau, applicable dès juin 2023. La Commission a en outre proposé de réviser les législations européennes sur les émissions industrielles et sur le traitement des eaux urbaines usées pour encourager la réutilisation de l’eau.

Certaines régions de France comme la Bretagne expérimentent la désalinisation de l’eau de mer pour en faire de l’eau potable. « Cette technique très coûteuse peut être efficace lorsqu’une zone est en tension mais ne pourrait pas être généralisé à l’échelle nationale » déclare Marillys Macé, Directrice générale du Centre d’Information sur l’eau.

Les sécheresses et les pénuries d’eau risquent de devenir plus fréquentes et plus graves à l’avenir, insiste la Commission dans son avertissement. Elles touchent l’agriculture, le tourisme et l’industrie et peuvent avoir des impacts environnementaux énormes.

À voir également sur Le HuffPost : Ces images du plus grand lac salé américain, asséché, sont glaçantes

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles