Face à la pénurie de chauffeurs de bus, la RATP va offrir une prime aux demandeurs d'emploi

Nicolas Sandanassamy/Capital

La présidente d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) Valérie Pécresse a appelé mardi 27 septembre les opérateurs de transports à "mettre tous les moyens à leur disposition" pour pallier le manque de conducteurs de bus, qui commence à sérieusement perturber le trafic dans la région. "Nous avons un gros problème (...), en zone centrale, en zone RATP", a-t-elle indiqué à des journalistes. Dans le cœur de l'agglomération parisienne où la RATP exploite le réseau de bus, 26% des services ne sont pas assurés actuellement, a regretté l'élue (LR), qui a écrit jeudi à la PDG de la Régie Catherine Guillouard - sur le départ - pour exiger un plan d'action visant à rétablir un service normal.

L'offre demandée - et payée - à la RATP est de 98% du service habituel, IDFM ayant entrepris de faire quelques économies alors que la fréquentation plafonne à 80% de la normale, selon l'institution régionale. Il manque toujours 1.800 conducteurs de bus en Ile-de-France, selon Valérie Pécresse. "Maintenant, il faut que ça s'améliore !" "La situation est hétérogène" dans la région, a-t-elle remarqué, notant qu'"on voit des réseaux de bus qui fonctionnent tout à fait normalement".

D'autres, exploités par Transdev, Keolis ou la RATP, connaissent des difficultés, comme à Marne-la-Vallée, Saclay, Argenteuil, Poissy, Saint-Germain-en-Laye et dans la Brie, avec 7 à 10% des bus qui ne passent pas. "Nous allons appeler massivement tous ceux qui sont demandeurs d'emploi à aller vers les métiers de conducteurs de bus", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vers une pénurie de médicaments génériques cet hiver
Amazon annonce un chiffre d'affaires en hausse de 23% en France en 2021
TotalEnergies, Engie : des ristournes sur la facture pour les clients qui réduisent leur consommation
Grève SNCF : RER, Transilien, TER... Voici les lignes dont le trafic va être perturbé ce jeudi
Porsche (Volkswagen) s’apprête à signer une introduction en Bourse historique : le conseil du jour