Face à la NUPES, le péril rouge agité par la Macronie vire à l’écarlate

POLITIQUE - “Des anarchistes d’extrême gauche”, rien de moins. Au premier tour des législatives, dimanche 12 juin, la percée importante de la coalition de gauche Nupes, qui ambitionne notamment de porter Jean-Luc Mélenchon à Matignon, est parvenu à semer l’inquiétude dans les rangs de la majorité présidentielle.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, les proches d’Emmanuel Macron ont décidé d’agiter le plus écarlate de leur chiffon rouge pour freiner la dynamique portée par cette nouvelle donne politique.

“Ce que cherche Jean-Luc Mélenchon et la Nupes, ce n’est pas le pouvoir. C’est affaiblir nos institutions. Au fond, c’est l’anarchie”, a prévenu Amélie de Montchalin, ministre candidate en ballotage dans la 6e circonscription de l’Essonne, sur le plateau de CNEWS.

“Il y a une volonté de détruire. Il y a un danger de l’extrême gauche, comme de l’extrême droite, qui s’appelle hyperinflation, chômage et menace sur la démocratie”, a renchéri Jean-Michel Blanquer, après l’annonce des résultats. L’ex-ministre de l’Éducation a été défait dans la 4e circonscription du Loiret.

Avec la présence de candidats écologistes, insoumis, communistes ou socialistes dans environ 400 circonscriptions au 2e tour, Emmanuel Macron n’est pas assuré d’obtenir une majorité de députés à l’Assemblée nationale, même si ce scénario demeure encore le plus probable, selon les projections pour le deuxième tour.

À voir également sur Le HuffPost : Aux législatives, la Nupes salue une percée “historique” face à Emmanuel Macron

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles