«Face à Macron, Le Pen va avoir du mal à incarner la nouveauté»

Libération.fr

Spécialiste de l’extrême droite, l’historien Nicolas Lebourg juge que la candidate frontiste a été en deçà de son potentiel, faute d’incarner un rassemblement national.

Historien spécialiste des droites extrêmes, membre de l’Observatoire des radicalités politiques de la fondation Jean-Jaurès, Nicolas Lebourg commente le résultat de Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.

Le score de Marine Le Pen vous surprend-il ?

Depuis 2015, les intentions de vote montraient que son potentiel était de 25 %, et elle était montée diverses fois à 28 % ; elle prédisait qu’elle serait en tête au soir du premier tour. On est en deçà, sa campagne ne lui ayant pas permis de trouver de nouveaux espaces. L’actualité internationale l’avait servie autant que la désagrégation de la candidature Fillon, mais son résultat demeure un effet de la demande sociale, des structures sociologiques et géographiques du pays, plus qu’une réception de son offre politique. Or c’est cela qui lui permettrait de pouvoir vraiment atteindre l’Elysée.

A-t-elle, selon vous, fait une bonne campagne ?

Non. C’est une campagne dont on a senti qu’elle était conçue sur la base des études de sociologie et de géographie électorales. Marine Le Pen a beaucoup tenu des meetings dans la ruralité, là où elle a des points de force. Elle a parlé aux segments de la population où elle paraissait avoir des possibilités de progression. Elle a cherché à approfondir sa pénétration chez les électeurs inquiets de son programme économique, quitte à peut-être manquer d’envoyer des signaux aux classes populaires du secteur privé, qui constituent pourtant le cœur de son socle électoral. Le problème, donc, c’est que tout cela était un travail de segmentation. Pour se présidentialiser, Marine Le Pen ne cessait dans ses propos de dire «je» et «vous» afin de créer un rapport direct. Mais il manquait sans doute là de parler de la France. Jean-Marie Le Pen hier, Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui, même s’il est d’un tout autre (...) Lire la suite sur Liberation.fr

La Ve République à bout de souffle
Baraka
Macron, un centre anti-poison
Nicolas Dupont-Aignan, grand premier des petits candidats
François Hollande, à l’heure où blanchit la campagne

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages