Face à l'urgence climatique, quelles alternatives à la viande d'élevage?

La consommation de viande d’élevage a doublé ces 50 dernières années, posant des problèmes environnementaux et sanitaires de plus en plus pressants. Problèmes auxquels entendent remédier les produits alternatifs à base de plantes, de mycoprotéines ou de viande de synthèse.

« La viande issue de la production conventionnelle sera un jour pour nos petits-enfants ce que la cassette audio est pour nous aujourd’hui : une relique du passé. » C’est la prévision formulée en avril dernier par le centre d’études suisse sur les questions de politique économique et sociale Gottlieb Duttweiler, qui synthétisait les idées d’une dizaine de think tanks. Un espoir partagé par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), qui estime dans son dernier rapport que « le plus grand potentiel par transition viendrait du passage à des régimes tournés vers les protéines végétales ».

Car l’addition de notre régime carné est salée. Les systèmes de production animale occupent 28% de la surface de l’Union européenne, soit 65% de sa surface agricole. Par rapport à l’ensemble du secteur agricole, l’élevage est responsable de 78% de la perte de biodiversité terrestre, 80% de l'acidification des sols et la pollution atmosphérique, 81% du réchauffement climatique et 73% de la pollution de l'eau (IOP Publishing, 2015).

► À lire aussi : Des projets pour réduire l'empreinte carbone de la viande de bœuf

Merguez vegan, steaks de pois, aiguillettes de soja


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles