Face à l'islamisme, "il est temps que chacun arrête ses petites compromissions", réclame Schiappa

·1 min de lecture

Huit jours après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le gouvernement prévoit de nouvelles mesures, et compte renforcer son projet de loi contre le séparatisme, en sanctionnant par exemple ceux qui publient, notamment en ligne, des informations personnelles "mettant en danger la vie d'autrui", a annoncé vendredi Jean Castex. Mais pour Marlène Schiappa, ministre déléguée en charge des citoyennetés, invitée samedi d'Europe 1, chacun à un rôle à jouer dans cette lutte. "Il est temps que chacun arrête ses petites compromissions devant les islamistes", réclame-t-elle. 

 

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici 

Face à l'islamisme, "le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir", a-t-elle assuré, rappelant qu'Emmanuel Macron avait fait fermer "près de 300 lieux pour des questions de radicalisation", tandis que le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin "avait fait expulser près de 250 étrangers radicalisés". 

"Le gouvernement ne peut pas tout tout seul"

Mais, ajoute Marlène Schiappa, "le gouvernement ne peut pas tout tout seul". Pour la ministre, "il est temps que chacun arrête ses petites compromissions, arrête de se coucher devant les islamistes et leurs complices". 

 

"Ce n'est pas un combat contre les musulmans", assure encore la membre du gouvernement, mais "un combat contre les islamistes radicaux qui veulent imposer la charia en France et dans le monde, et le font par la violence". 

...
Lire la suite sur Europe1